Les orientations que doivent prendre notre agriculture outremer !

L’agriculture outremer doit désormais s’orienter vers une logique de filière. Il s’agit d’un objectif absolu afin de concrétiser l’indépendance alimentaire de nos régions d’outremer. Bien entendu ce développement doit être réalisé dans une optique de conservation des richesse naturelles de nos sols. Ainsi, afin d’éviter le sinistre de la Martinique avec le chlordécone il convient de réfléchir non pas en mono culture comme se fut le cas pour la banane et la canne à sucre, ce qui en autre a ravagé et appauvri les sols.

Désormais il est absolument nécessaire de réfléchir au développement de “filières multicultures” destinées à nourrir sainement une population grandissante. Cela signifie qu il soit nécessaire de produire, de transformer et commercialiser à des coûts raisonnables. Après, seulement après, il sera possible de réfléchir à l’exportation.

Vous me direz, comment concurrencer les productions des pays comme le Brésil, le Surinam, Saint Domingue…?

Cela passe de toute évidence par la qualité seule gage de valeur ajoutée. Comment trouver cette qualité ?

DÉVELOPPER UNE AGRICULTURE ABSOLUMENT BIO”

 

Plan France Relance : Fonds Avenir Bio (soutien aux projets de développement des filières biologiques françaises)

Pour information : Le Fonds Avenir Bio, a pour objectif de déclencher et soutenir des projets de développement des filières biologiques françaises.

Clôture de l’appel à projets : le premier septembre 2022 à minuit (Paris).

 

Ce Fonds permet d’accompagner financièrement des opérateurs économiques ayant des projets collectifs impliquant des partenaires complémentaires à différents stades de la filière (amont et aval), engagés sur plusieurs années, et ayant des objectifs de développement des surfaces et de la production en agriculture biologique en France. Ces programmes d’actions cohérents doivent ainsi intégrer la démarche de filière en tenant compte de tous les maillons : de l’activité de production, à la transformation puis à la commercialisation.

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, qui finance le fonds, en a confié la gestion à l’Agence BIO. Les crédits du Fonds Avenir Bio sont alloués aux projets selon la procédure d’appel à projets ci-après décrite dans ce texte (voir pièce jointe). Celle-ci tient compte du cadre réglementaire européen.

Grâce au volet « transition agricole » du Plan de Relance gouvernemental, le Fonds Avenir Bio est fortement renforcé et désormais doté de 13 millions d’euros par an en 2021 et en 2022. Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et l’Agence BIO souhaitent ainsi accélérer le développement de la production biologique grâce à l’augmentation importante du nombre des projets soutenus.

Dans le cadre de cet appel à projets (AAP) « Plan de Relance », le texte ci-dessous offre 2 possibilités aux porteurs de projets et à leurs partenaires :

– un dépôt direct du DOSSIER COMPLET ;

 

OU

– un dépôt d’une demande de soutien au stade du MONTAGE DE DOSSIER (aspects administratifs et financiers), avec la présentation d’un dossier d’orientation générale (DOG) et la formulation d’un besoin pour un accompagnement au montage de dossier.

 

Dans la suite du texte, les spécificités pour l’aide au montage de dossier sont présentées au sein de la partie 7.

Par ailleurs, sur le site Internet de l’Agence Bio, www.agencebio.org, des informations complémentaires sont disponibles sur le Fonds Avenir Bio.

Plus spécifiquement, les réponses aux questions fréquentes sur le Fonds Avenir Bio sont disponibles au sein de la FAQ (https://www.agencebio.org/vos-outils/financer-son-projet/fonds-avenir-bio/foire-aux-questions/).

 

Georges CUYSSOT et Franck AVRILA